8ème session du Cercle franco-tanzanien consacrée à la littérature et au jazz

Les 16 et 17 novembre 2017, l’ambassade de France et l’Alliance française de Dar es Salaam ont accueilli la 8ème session du Cercle Franco-Tanzanien, cette fois dédié au thème « Que dit la littérature de nos sociétés ? ».

M. Pierre Astier, éditeur et agent littéraire français, et M. Walter Bgoya, fondateur de la maison d’édition tanzanienne Mkuki na Nyota, ont échangé devant un public attentif sur les défis et les opportunités de la littérature et de l’édition en Europe et en Tanzanie.
Pierre Astier, spécialement venu de France pour l’événement, a fondé une agence littéraire internationale qui représente de nombreux auteurs à travers le monde et fait éclore de nouveaux talents.


Dialogue entre M. Pierre Astier et M. Walter Bgoya dans l’atrium de l’ambassade.

Dialogue entre M. Pierre Astier et M. Walter Bgoya dans l’atrium de l’ambassade.

Intervention du public lors du dialogue entre M. Pierre Astier et M. Walter Bgoya.

Intervention du public lors du dialogue entre M. Pierre Astier et M. Walter Bgoya.

Dialogue entre M. Pierre Astier et M. Walter Bgoya, accompagné par M. Boncour dans l’atrium de l’ambassade.

Dialogue entre M. Pierre Astier et M. Walter Bgoya devant un public attentif.

Le public attentif au dialogue entre M. Pierre Astier et M. Walter Bgoya dans l’atrium de l’ambassade.

S.E. Malika Berak a ensuite offert une réception musicale dans les jardins de la résidence, animée par le groupe Swahili Jazz, venu de Zanzibar pour l’occasion.

JPEG - 3.6 Mo
Le groupe Swahili Jazz fait résonner les jardins de la résidence aux rythmes de ses fusions de jazz et de musique traditionnelle tanzanienne.

Dans la poursuite de cet événement, c’est ensuite l’Alliance française qui a, devant un large public d’étudiants tanzaniens, organisé le 17 novembre un débat de haut niveau sur le thème « Que dit la littérature de nos sociétés ? ». Pierre Astier a cette fois débattu de la question avec Mkuki Bgoya, éditeur, Rose Mbijima, professeur de littérature à l’Université, Gwamaka Kifukwe, de l’institut UONGOZI (African Leadership for Sustainable Development) et Zuhura Seng’enge, écrivaine et poète. Le débat était modéré par Philippe Boncour, conseiller de coopération et d’action culturelle de l’ambassade.


Devant plus de 150 étudiants, sur la scène de l’Alliance française, de gauche à droite : Philippe Boncour, Rose Mbijima, Pierre Astier, Gwamaka Kifukwe, Zuhura Seng’enge, Mkuki Bgoya.

Intervention du public pendant le débat.

Les panélistes devant plus de 150 étudiants, sur la scène de l’Alliance française

Les panélistes devant plus de 150 étudiants, sur la scène de l’Alliance française.

Les panélistes devant plus de 150 étudiants, sur la scène de l’Alliance française.

Les panélistes devant plus de 150 étudiants, sur la scène de l’Alliance française.

Ce débat a été suivi par la présentation de deux magnifiques poèmes incarnés par Zuhura Seng’enge puis le concert du groupe Swahili Jazz qui a une nouvelle fois réjoui le public.

S.E. Malika Berak accueillant ses invités à la résidence.
S.E. Malika Berak accueillant ses invités à la résidence.

S.E. Malika Berak accueillant ses invités à la résidence avec S.E. Begum Taj, ambassadrice de Tanzanie en France, à ses côtés.

Zuhura Seng’enge présente ses magnifiques poèmes.

A l’occasion de cette session du Cercle franco-tanzanien, S.E. Malika Berak a annoncé son départ prochain. Elle s’est dit satisfaite du succès continu du Cercle franco-tanzanien, formule qu’elle avait lancée en février 2015 et qui s’était depuis imposée comme le rendez-vous régulier des amis de la France en Tanzanie.

Dernière modification : 27/11/2017

Haut de page