Alliance française d’Arusha, le 6 avril 2016

Cérémonie de remise des diplômes : l’Alliance française d’Arusha invite les étudiants ayant obtenu les meilleurs résultats au DELF (Diplôme d’études en langue française) à monter sur scène, suivi d’une Table ronde sur la Francophonie économique.

JPEG

A l’occasion de sa cérémonie de remise des diplômes, l’Alliance française d’Arusha a accueilli des représentants de l’Organisation Internationale de la Francophonie et la directrice de l’East African Business Council pour évoquer la place de la langue française dans les échanges économiques.

JPEG

Table ronde sur la Francophonie économique. De gauche à droite : Lilian Awinja, directrice de l’East African Business Council, Lyade Khalaf et Aurélie Chauvet, représentants officiels de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

En 2014, lors du Sommet de Dakar, la Francophonie a adopté une stratégie économique s’appuyant sur le développement durable, la réduction des inégalités et la création d’emplois.
On constate notamment que les flux commerciaux entre 2 pays partageant le français sont augmentés de 22% par rapport à une autre paire (étude FERDI) et un accroissement de 6% de la richesse par habitant directement imputable au français.

Le français est aujourd’hui reconnu 3e langue des affaires et le nombre de locuteurs ne cesse de progresser : +15% en moyenne en Afrique subsaharienne entre 2010 et 2014. En 2060, la part de locuteurs africains pourrait représenter jusqu’à 85% des Francophones.

Dernière modification : 29/04/2016

Haut de page