Projet DEFI : Rétrospective sur l’engagement de la France à combattre les violences sexuelles et sexistes en Tanzanie [en]

L’Ambassade de France en Tanzanie a financé un projet de deux ans, dans la région de Dodoma, dont l’objectif était de sensibiliser la population et le gouvernement aux risques de grossesses précoces et d’améliorer l’accès à la justice pour les victimes de violences sexuelles et sexistes. Avec un budget de 240 000 euros, le projet a été mis en œuvre en 2017 et 2018 par Msichana Initiative, TAWLA, CDF et TAMWA.

De 2017 à 2018, l’Ambassade de France en Tanzanie a financé le projet DEFI (Droit à l’égalité des filles). Avec un budget de 240 000 euros, ce projet été géré par la Foundation for Civil Society (FCS) et mis en œuvre dans la région de Dodoma par quatre organisations non gouvernementales (ONG) :
-  Msichana Initiative
-  Tanzania Women Lawyers’ Association (TAWLA)
-  Children Dignity Forum (CDF)
-  Tanzania Media Women’s Association (TAMWA)

L’objectif global de ce projet était de renforcer la sensibilisation aux droits des jeunes filles et des femmes, tant au sein des communautés que des institutions politiques.

De manière plus spécifique, le projet tendait à :
1. Sensibiliser les parlementaires face aux risques liés aux grossesses précoces et à l’importance de relever l’âge minimum légal de mariage des jeunes filles ;
2. Améliorer l’accès à la justice pour les victimes de violences sexuelles et sexistes.

Afin d’atteindre cet objectif, les quatre ONG de mise en œuvre ont conduit les activités suivantes :

-  Children Dignity Forum a développé des sessions de sensibilisation auprès des parlementaires ;
-  TAMWA a formé les journalistes aux questions de violences sexuelles et sexistes ainsi qu’à la documentation et la couverture dans la presse des cas de violences sexuelles et sexistes ;
-  TAWLA a formé les bureaux de police dédiés aux violences sexuelles et sexistes afin de mieux identifier et gérer les cas qu’ils reçoivent ;
-  TAWLA et Msichana Initiative ont formé les cliniques juridiques et les assistants juridiques afin de mieux prévenir les cas de violences sexuelles et sexistes et faciliter l’accès des victimes à la justice ;
-  Msichana Initiative a renforcé les comités inter-gouvernementaux de protection des femmes et des enfants afin d’assurer une collaboration multisectorielle autour des cas de violences sexuelles et sexistes (services de santé, judiciaire, autorités de police, services sociaux, etc.).

Grâce à l’engagement et au professionnalisme de nos partenaires de mise en œuvre, le projet a pu atteindre un certain nombre de résultats avec succès :

-  Des mécanismes effectifs et efficaces de remontée des cas de violences sexuelles et sexistes ont été mis en place pour les victimes grâce (1) aux assistants juridiques établis au sein des villages et (2) de la coordination de tous les acteurs gouvernementaux concernés par le biais des comités inter-gouvernementaux de protection des femmes et des enfants aux niveaux local et départemental.

-  Un important travail de sensibilisation et de plaidoyer lié aux violences sexuelles et sexistes ainsi qu’aux risques de mariage et grossesses précoces a été réalisé auprès des communautés, avec des résultats tangibles.
-  Le nombre de dénonciation de cas de violences sexuelles et sexistes auprès des autorités de police a augmenté de manière significative, suggérant une libération de la parole.
-  La pérennité du projet a été assuré grâce à l’inscription des activités dans le cadre d’action gouvernemental prédéfini (au travers du Plan national de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants) ainsi que par l’implication pleine et entière de l’ensemble des acteurs gouvernementaux concernés (les bureaux de police dédiés aux violences sexuelles et sexistes et les comités inter-gouvernementaux de protection des femmes et des enfants).

Bien sûr, les résultats du projet ont également permis de dégager des enseignements. Le principal d’entre eux est que l’amélioration de l’accès des victimes à la justice doit aller de pair avec leur protection et leur émancipation économique, afin de limiter les processus de re-victimisation.

L’Ambassade de France exprime toute sa reconnaissance envers la Foundation for Civil Society, Msichana Initiative, TAWLA, Children Dignity Forum et TAMWA pour leur coopération et leur engagement en faveur de l’émancipation des jeunes filles tanzaniennes.

JPEG

Dernière modification : 26/02/2020

Haut de page